• Ségolène Royal, candidate à l'élection présidentielle a le plaisir de vous convier à un

    GRAND CONCERT-MEETING, "Pour nous, c'est Elle",

    Mardi 1° mai à 15h30 AU STADE CHARLETY

    Avec la participation de nombreux artistes

    BENABAR, CALI, Michel DELPECH, DISIZ LA PESTE,

    GRAND CORPS MALADE, Leny ESCUDERO,

    Kery JAMES, MAFIA KAFRI, MIOSSEC, MOKOBE,

    YANNICK NOAH, RENAUD, SAPHO, TETES RAIDES

    ET L'INTERVENTION DE SEGOLENE ROYAL

    Concert gratuit

    Stade Charléty

    99 boulevard Kellermann

    75013 Paris

    RER Cité universitaire

    OUVERTURE DES PORTES A 15H30 AVEC ANIMATIONS


    votre commentaire
  •  

    NB: VOUS POUVEZ ARRETER LA MUSIQUE DE FOND EN  BAS A GAUCHE. RUBRIQUE FOND MUSICAL


    votre commentaire
  •  
    C'est arrivé à Rouen. Deux conducteurs, deux étudiants éméchés, butent sur un lampadaire. Leur interpellation tourne à la bavure. Alors qu'ils sont menottés et totalement maîtrisés, des policiers s'acharnent : coups sur la tête, lâcher de chien et même strangulation.
     

    Ce jour-là, alerté par le bruit du crâne cognant sur la carrosserie, un riverain a eu le réflexe de filmer de sa fenêtre. La scène est montrée dans certains journaux. Ceux qui l'ont vue réalisent la violence, physique et symbolique, d'un abus de pouvoir lorsqu'il vient de forces de l'ordre. Et se produit, comme par hasard, sur un étudiant noir et un étudiant arabe. D'autres n'ont pas besoin d'avoir vu ces images pour savoir que ces scènes de violences arrivent trop souvent depuis quelques années, près de chez eux, et tombent toujours sur les mêmes. Ils n'ont pas attendu ces images pour mettre en garde : les violences policières de ces dernières années ont miné ce qu'il restait de confiance et de respect entre les citoyens et leur police : + 30 % de plaintes pour bavures depuis 2002.

     

    <script language=JavaScript>OAS_AD('Middle1');</script>

    Les bavures ont toujours existé. Mais, depuis 2002, la police est plus que jamais sous "haute pression". On exige d'elle des chiffres en vue d'une exploitation politique. Sa mission, déjà difficile, est devenue infernale. Certains policiers gardent un sang-froid remarquable, malgré le climat de tensions grandissant. Ceux-là incarnent l'honneur de la police et de la République. Ce sont de véritables "gardiens de la paix".

    Mais tous n'ont pas ce sens de la maîtrise et cette exigence. Favorisées par un discours sécuritaire sans discernement ni mesure, les bavures semblent en prime mieux tolérées. A de très rares exceptions, le ministre en charge les a couvertes : "Plus de plaintes pour bavures, cela ne veut pas dire plus de bavures." A de très rares exceptions près, les médias n'ont guère dénoncé ces atteintes aux droits élémentaires. Cette complicité passive a généré une aigreur explosive.

     

    Nous l'avons vu au moment des émeutes de novembre 2005. Non content d'avoir tenu des propos vexatoires et d'aller jusqu'à menacer de nettoyer au Kärcher certains quartiers, le ministre de l'intérieur de l'époque a accusé à tort Zied et Bouna de "cambriolage", avant de mentir sur le profil des émeutiers, qui n'étaient pas des délinquants "connus des services de police", mais très souvent des mineurs révoltés par les dérapages policiers.

     

    Nous l'avons revu au moment des arrestations musclées à la maternelle de la rue Rampal (dans le 18e arrondissement de Paris) et plus encore à celle de la gare du Nord.

     

    A la gare du Nord, avant que des bandes organisées ne s'emparent de cette émotion sincère pour vandaliser, des citoyens de tous âges ont choisi de stopper leur activité pour exercer une vigilance collective et prévenir un éventuel dérapage policier. Une rumeur a même circulé. Elle disait qu'un policier avait cassé le bras d'un enfant de 13 ans. A tort. Cette rumeur est très révélatrice. Elle témoigne d'une perte de confiance en la police et en le bien-fondé de son action. Cette rupture ne peut qu'engendrer le chaos. En compliquant la tâche déjà difficile des forces de l'ordre d'un côté. Et en confortant les victimes d'abus de pouvoir dans leur rejet de la police, de l'Etat, de la République et au final de leur citoyenneté.

     

    Car comment demander aux jeunes de France de respecter la police si la police se montre injuste, raciste, et finalement indigne de respect ? Combien de guets-apens vont être imaginés par désir de vengeance après les images de Rouen, quitte à alimenter ce cercle infernal alimentant la peur et la rage de part et d'autre ?

     

    Cette question aurait dû être au coeur de la campagne. Elle est centrale si nous souhaitons sincèrement sauver le vivre-ensemble, restaurer la confiance en la police, et donc en la République. Au lieu de ça, de quoi avons-nous parlé ? De l'immigration, encore et toujours.

     

    Cela suffit. Au lieu de focaliser toujours sur les mêmes boucs émissaires dans l'espoir de détourner nos regards des vrais enjeux, au risque de conforter toujours les mêmes peurs qui nous dévorent, il est temps de parler de citoyenneté, de respect de part et d'autre, de libertés et d'égalité. Il nous reste encore deux semaines de débat avant le second tour de l'élection présidentielle. Les signataires de cet appel demandent solennellement aux candidats de cesser de conforter les Français dans des peurs fantasmagoriques pour mieux les diviser. Et de prendre leurs responsabilités dans cette crise de citoyenneté qui nous traverse tous.

     

    Nous rêvons. Nous ne voulons pas d'une France coincée entre le tout-répressif et le repli communautariste.

     

    Nous rêvons d'une France réconciliée, plus égalitaire, respectueuse des libertés individuelles et de la laïcité, d'une police respectable et donc respectée, d'un élan commun pour donner plus à ceux qui ont moins, d'une vraie politique pour déconstruire les mécanismes inconscients de tous les racismes, d'une France lucide sur son passé et confiante en son avenir.

     

    Nous rêvons de vrais débats pour construire ensemble et non se conforter les uns les autres dans des pulsions destructrices.

     

    Alors débattons, mobilisons-nous. Et votons. Pour que le 22 avril 2007 ne ressemble pas au 21 avril 2002. Pour que la France de demain soit celle de l'avenir. Et non celle de la division.


    Ce texte a été signé par :
    Nora Barsali, Guy Bedos, Diam's, Caroline Fourest, Joey Starr, Benjamin Stora, Christiane Taubira, Jean-Claude Tchicaya, Lilian Thuram.

    votre commentaire
  • L'élection du premier tour de la présidentielle française révèle un profond rejet des français  à l'égard des immigrés et des français d'origine étrangère. Toute la thématique de la campagne s'est faite sur des notions telles que l'immigration, l'identité nationale laissant de côté les problèmes économiques et sociaux.

     <o:p></o:p>

    Que 31% des Français ait voté pour le candidat sortant alors que le bilan de la droite est plutôt négatif sur le plan  économique, social et même sécuritaire est très étonnant ! On voit donc que la thématique sociale n'a pas été primordiale et que l'immigration, l'insécurité et l'identité nationale française ont été au cœur de ce premier tour.

     <o:p></o:p>

    En votant Sarkozy au premier tour sur ces thématiques racistes, les électeurs xénophobes de France souhaitent donner les moyens à Sarkozy d'appliquer  par procuration la politique préconisée par Jean- Marie Lepen. Bref en votant Sarkozy, on a rendu respectable les idées de Lepen.

     <o:p></o:p>

    Le seuil de tolérance à l'égard des immigrés.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les Français dit de 'souche' semblent exaspérer par l'immigration et les violences dans les banlieues que l'on impute aux jeunes 'Arabes' et 'Noirs'. De ce fait ils estiment que la répression est la seule réponse. Nicolas Sarkozy incarne assez bien cette répression d'où le score qu'il obtient malgré ses propos sur le 'Karcher' et la 'Racaille'.

     <o:p></o:p>

    Nicolas Sarkozy dit donc tout haut ce que les Français de 'souche'  pensent tout bas. Ils en ont  marre de ces jeunes français issus de l'immigration qui ne respectent pas les règles, de ces musulmans 'présumés terroristes' d'avance, qui voilent leurs femmes, de ces noirs 'polygames' et 'exciseurs' que ne respectent pas l'identité nationale française.

     <o:p></o:p>

    La campagne présidentielle de 2007 se sera donc faite contre un certain type de population même si certains noirs (Basile Boli et Doc Gynéco) et arabes (Rachida Dati) ont joué les 'nègres' de service, servant d'alibi à Nicolas Sarkozy. 'Vous voyez dans mon camp, il y'a également des noirs et des arabes. Donc je ne divise pas les Français mais je les rassemble' !

     <o:p></o:p>

    Si Nicolas Sarkozy devait gagner dans deux semaines, ce sera d'abord sur les notions clés de l'immigration, l'insécurité et l'identité nationale. Ségolène Royal ne pourra pas attirer les électeurs du Front national  et de François Bayrou avec son discours de régularisation des 'sans papiers' cher à la gauche de la gauche. Les Français dans leur grande majorité ne veulent plus de régularisation massive estimant qu'il faut arrêter cette politique.

     <o:p></o:p>

    De la même façon, le discours de Ségolène Royal sur la régularisation des parents ayant des enfants scolarisés ne passent pas dans l'opinion. Que faire donc?

    Pour contrer Sarkozy, elle doit être plus dure sur  la politique d'immigration.  Le pourra t-elle? Doit-elle garder ses valeurs où aller dans le sens de l'opinion générale de la population qui rejette cette France métissée qui à force d'incorporer d'autres populations risque de perdre son identité nationale?

     <o:p></o:p>

    Le mépris des éléphants socialistes.<o:p></o:p>

    Ils ont été déloyal avec la candidate socialiste, souhaitant sa défaite, espérant une montée de Bayrou plus propice à leur proposer des postes. Le score de Bayrou est dû à des gens comme Rocard, Strauss Khan, Kouchner qui ont désorienté l'électorat socialiste. Ils ont souhaité de tout leur cœur l'élimination de Ségolène Royal au premier tour mais ils ne l'ont pas obtenu. Et ils souhaitent encore aujourd'hui sa défaite au second tour. Les éléphants du Parti socialiste auront fait preuve tout au long de ces élections d'une 'indignité' sans pareil et seront en grande partie responsable d'un éventuel échec de Ségolène le 06 mai prochain

     <o:p></o:p>

    Conclusion

    Même si Ségolène Royal, a le meilleur projet  économique et social, elle ne pourra pas gagner cette élection sur ces thématiques. Les Français sont de moins en moins préoccupés par l'économique et le social et préfèrent qu'on leur parle d'identité nationale, d'insécurité, de 'Karcher', de 'racaille', de 'Bite de noirs' etc.

     <o:p></o:p>

    Nous sommes maintenant à l'heure de la xénophobie triomphante. Les étrangers, et les Français d'origine maghrébine ou africaine devront s'attendre dans les cinq ans  à subir la foudre de la majorité. Au nom du peuple français 'la 'Karchérisation’ est en marche' et les 'racailles' n'ont qu'à bien se tenir.

     

    Kovalin Tchibinda

    Mail: ktchib@club.fr


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires