• Que l'on aime cet homme ou pas, il faut reconnaître que son dernier discours à Cotonou a le mérite de remettre les choses à plats en ce qui concerne les relations Franco-Africaine. Désormais je l'espère, ces relations si controversées vont prendre un nouveau tournant avec la fin de "l'enfantillage politique" des présidents africains, et du paternalisme de l'ancienne puissance coloniale.

     <o:p></o:p>

    Il est vrai que ces relations étaient les derniers vestiges des années post-indépendance.Comme Sarkozy l'a si bien dit, la majorité des Africains actuels n'ont pas connu  la période coloniale, il importait donc de changer la nature d'une relation inadaptée à la période actuelle.

     <o:p></o:p>

    La vérité aujourd'hui, c'est que les intérêts français en Afrique ne sont plus ce qu'ils étaient il y'a 20 ou 30 ans. La présence française en Afrique a fortement baissée. L’exemple  de la Côte d'ivoire en est l'illustration. Il y'avait plus de 50.000 Français installés dans ce pays dans les années 80.Aujourd'hui il en reste moins  de 5000.

     <o:p></o:p>

    L'Afrique est de plus en plus délaissée par les puissances occidentales qui se tournent vers des zones à forte croissance comme l'Inde et la Chine.

     <o:p></o:p>

    Ce délaissement de l'Afrique est surtout dû à la globalisation des échanges économiques qui le rend moins attractifs pour les occidentaux. Il est aussi le résultat des guerres et des génocides orchestrés sur le continent noir au cours des années 90.

     <o:p></o:p>

    Les intérêts économiques de la France sont aujourd'hui les intérêts de ses  multinationales qui tirent l'essentiel de leur revenu de l'Asie, des Etats-unis et de l'Europe.

     <o:p></o:p>

    Le discours de Nicolas Sarkozy a le mérite de dire la vérité aux dirigeants et aux opinions publiques africaines en leur demandant de prendre leur destin en main. Pour que l'Afrique redevienne attractif  pour les occidentaux, il faudra passer par la mise en place de la démocratie, il faudra promouvoir l'état de droit. Les matières premières ne sont plus l'élément essentiel de l'attrait de l'Afrique.

     <o:p></o:p>

    Les Africains et les états noirs en particulier doivent donc mieux gérer leur pays s'ils ne veulent plus être considérés comme les "Déchets et rebus" de la terre.

     <o:p></o:p>

    La France quant à elle doit affirmer désormais qu'elle n'imposera plus jamais en Afrique des dictateurs. Elle doit laisser les peuples africains en découdre avec ses dictatures d'un autre âge.

     <o:p></o:p>

    L'heure de la prise en main par les Africains de leur avenir est peut-être arrivée. Souhaitons que le discours de monsieur Sarkozy à Cotonou soit le début d'une nouvelle ère dans les  relations France-Afrique basée sur le respect mutuel et non sur la prédation économique.

     <o:p></o:p>

    En 1990 François Mitterrand prononçait un discours au sommet France-Afrique de la Baule qui fut à l’origine dans beaucoup de pays Francophone de la tenue de conférences nationales puis d’élections libres et transparentes. Le discours de monsieur Sarkozy sonne t-il la fin des dictatures en Afrique si ce dernier accédait à l’Elysée ? Seul l’avenir nous le dira.

     <o:p></o:p>

    Kovalin Tchibinda

    http://kovalin.oldiblog.com

     

    Kovalin Tchibinda

     <o:p></o:p>


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique