• Thierry-Moungalla

    C'est vrai! J'ai grandit dans la " pécétologie ", Papa, conseiller Juridique du grand maître, membre du comité central et du polit bureau de la grande secte des travailleurs, certains diront des truands. J'assume! Cela fait partie de ma vie. Il y a bien longtemps que le "pater" a quitté la secte des "pécétologues". Aujourd'hui le PCT a presque disparu, Il s'est mué en "Nguessologie". De nouveaux adeptes et disciples sont arrivés. J'ai eu l'occasion récemment de rencontrer le 36e disciple dans l'ordre de préférence du gourou de Brazza. Saint Thierry Moungalla. Pour les ignorants, le prénom Thierry est un dérivé du prénom germanique Theudric. Les éléments Theud et ric qui composent ce prénom signifie "Peuple" et "Puissant". Le disciple Thierry Moungalla est député entre guillemet de Mfilou et puissant Membre du gouvernement. Alors il était intéressant pour moi de converser avec ce nouveau membre de la "Nguessologie" pourfendeur du concept de la "Bonobologie".

     

    Quelles leçons tirées de cette rencontre? D'abord nous avons tous tendance à caricaturer les "Nguessologues". C'est vrai nous les trouvons tous bêtes et méchants, assoiffés de pouvoir et de sang congolais. Nous ne comprenons pas, que ces gens du pouvoir aient du mal à développer un pays regorgeant de tant de richesses. Alors nous concluons que cela ne peut être que le résultat d'une tare "neuronale" ou "mentale". Mais bon! Le disciple Thierry Moungalla est tout sauf un homme bête. Il est même très intelligent, plus intelligent que certains membres de l'opposition. Il faut l'entendre parler de son gourou Sassou Nguesso. C'est un chef d'œuvre. On découvre tout d'un coup Sassou Nationaliste, et Souverainiste. J'en avais presque les larmes aux yeux (Rire!).

     

    Une question taraudait mon esprit; Mais, comment nous autres, membres de l'opposition congolaise en exil avons pu être aussi dure avec cet agneau de Sassou livré et dévoué pour nous ? Pourquoi sommes-nous si injustes avec cet homme qui aime tant son pays au point d'avoir livré son peuple à la terreur des milices cobras, Hinteramwé, tchadienne et angolaises? Mais bon! Vous me direz que même dans la bible, Dieu a fait subir des pires horreurs au peuple élu.

     

    Ensuite, sur la gestion des hydrocarbures Saint Thierry Moungalla trouve que l'on raconte beaucoup de "conneries". La SNPC serait une noble idée de Pascal Lissouba reprise par Sassou pour rendre un hommage à son prédécesseur. Notre Sassou national est "clean"Le pétrole congolais appartient aux peuples. D'ailleurs le FMI et la Banque mondiale pourraient nous le confirmer. Les neveux et les parents qui s'approprient cette manne à des fins personnels, tout cela est faux. Tous ceux qui jabotent à Paris et ailleurs participent à un complot contre leurs pays. Arrêtons de dénigrer notre pays à l'étranger, de le caricaturer, tel est la conclusion de saint Thierry.

     

    Enfin saint Thierry Moungalla m'a sorti le plus beau boniment de ma vie. J'ai découvert que Sassou aimait la science et souhaitait faire du Congo un grand "pôle technologique". Le grand maître Sassou se bat dans tous les sommets africains et mondiaux pour réduire la fracture numérique entre le Nord et le sud. Ah Pascal Lissouba, reviens! Ils sont tous devenus scientifiques. Ah! "Ma science na ma technologie" est devenue leur credo. Mais pourquoi diable ont-ils réalisés leur putsch en 1997 s'ils aimaient tant Lissouba le fils de Marie Bouanga?

     

    Mon entrevue avec saint Thierry Moungalla m'a confirmé qu'à l'instar de toute secte, la Nguessologie est une organisation qui pratique la manipulation mentale de leurs apôtres et disciples et que le propre des sectes est d'être une menace pour l'ordre social. Le 36 e disciple Thierry Moungalla doit s'extirper d'une secte qui porte une lourde responsabilité dans la spoliation du peuple congolais pour éviter de subir le poids de l'histoire. Un jour la secte des "Nguessologues" sera probablement dissoute et interdite. Peut-être que le 36 e disciple de la Nguessologie deviendra un Kovalinogue en croyant profondément  aux valeurs de l'Etat de droit et de la démocratie. J'en serai très ravi.

     

    Kovalin Tchibinda

    Mail:kovalin@tchibinda.fr


    12 commentaires
  • Lissouba08012015

    Les anciens compagnons de Pascal Lissouba de retour au Congo après dix ans d’exil ont décidé de le crucifier politiquement à Brazzaville en faisant de leur maître le principal fond de commerce dans leur ralliement à Sassou Nguesso.

    <o:p> </o:p>

    Ces « rentristes » de l’upads profitent de l’indisponibilité pour des raisons de santé de l’ancien président pour présenter Sassou Nguesso à la face du monde comme un homme miséricordieux et profondément humain.

    <o:p> </o:p>

    Pascal Gamassa , l’année dernière s’était déjà permis de solliciter le pardon du peuple congolais au nom d’un Pascal Lissouba souffrant. Maintenant c’est Christophe Moukouéké qui réclame l’amnistie de Lissouba par Sassou. Il y’a de quoi se demander, combien leur rapporte financièrement cette allégeance devant le dictateur congolais.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    L’amnistie de Pascal Lissouba par Sassou Nguesso, serait un déshonneur, une ignominie qui empêchera les démocrates congolais de dormir. On ne peut demander l’amnistie à un président illégitime fut-il reconnu par ses alliés de la « Françafrique ». Il y’a tant de congolais qui auraient souhaité bénéficier de l’amnistie du « Raïs d’Oyo » et qui errent aujourd’hui au paradis ou en enfer. L’indisponibilité pour des raisons de santé de Pascal Lissouba ne donne le droit à aucun de ses compagnons de route  de demander en son nom une amnistie qu’il n’a jamais voulu.

    <o:p> </o:p>

    Je refuse la jurisprudence « Kolélas » pour Pascal Lissouba. Lissouba doit mourir  et être enterré en exil pour des raisons de dignité. C’est le seul bras d’honneur qu’il puisse faire à Sassou. Il est important que Lissouba laisse à la postérité  « l’acte de  non reconnaissance » du régime Sassou. Il est le seul véritable leader congolais à avoir été élu sans contestation aucune par le peuple congolais.

    <o:p> </o:p>

    Ce statut lui donne une autorité morale immense. Il y’a des gestes symboliques qui comptent dans l’histoire. Les démocrates que nous sommes le ramèneront dans sa terre natale lorsque la démocratie sera restaurée au Congo.

    <o:p> </o:p>

    Que ceux qui veulent s’avilir à l’UPADS le fassent sans recourir au nom de Lissouba qui dans son indisponibilité ignore que ses anciens compagnons l’ont abandonné à Prosny et se prostituent désormais  politiquement à Brazzaville et à Pointe-Noire.

    <o:p> </o:p>

    Si Monsieur Christophe Moukouéké veut que nous soldions la situation née des guerres civiles de 1997 et de 1998 ; Qu’il demande au responsable de ces guerres et de la misère actuelle du peuple de quitter un poste qu’il n’a  jamais obtenu du souverain primaire.

    <o:p> </o:p>

    Kovalin Tchibinda

    Blog: http://kovalin.oldiblog.com<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Notes<o:p></o:p>

    « Les rentristes » : sont des cadres de l’UPADS qui ont fuit avec Lissouba en exil  et qui l’ont abandonné pour rejoindre le camp de Sassou Nguesso.<o:p></o:p>


    votre commentaire
  • 103751-bonobo-1451g-reduit

    Les nouvelles qui nous parviennent de Brazzaville sont alarmantes. La plupart des membres du clan au pouvoir ont une dizaine de maîtresses,  parfois puisées dans la même famille. Les règles morales ont disparu. Les mères, les filles, les gamines n’ont plus de scrupule. Impossible de  résister au tsunami de Pétro-CFA des membres du clan Sassou. On peut obtenir des villas, des voyages à l"’étranger en faisant don de son corps.  L’"absence d"’intérêt pour la culture a ouvert la voie au culte du phallus.

     <o:p></o:p>

    Les « pouvoiristes » ne s’en privent plus. Ils ont des dizaines de ‘bureaux’(1), chacune avec ses villas et ses domestiques. Dans certaines maisons, la visite d’"un membre du clan Sassou est parfois vécue comme un psychodrame ; Les maris n"’hésitent plus à planquer leurs épouses dans les chambres pour éviter qu"elles ne succombent.

     <o:p></o:p>

     Les « Nguessoïstes » (2) ont en effet la main charitable et généreuse. On les appelle là bas  ‘Apesa atala te’ c’est à  dire « Ils donnent sans regarder ».  Il faut avoir une foi féroce en Dieu le père tout puissant pour refuser leurs avances. Vous êtes une femme, de préférence assez jolie, vous  avez besoin d'’un milliard de franc CFA, ils mettent la main dans le coffre du Trésor Public et vous l’"obtenez, à condition que vous leur donniez votre corps.

     <o:p></o:p>

    Au Congo les bonobos sont au pouvoir. Leur intellect est passif. Grâce à leur sexe, ils assurent la pérennité de leur domination. Ils ont désormais des enfants dans toutes les ethnies. Qui pourrait demain les attaquer ? Ils vous diront : Je suis ton beau-frère, le père de ton neveu, le cousin des cousins de ta mère,  nous sommes de la même famille. Grâce à la multiplication des « femmes », ils préparent leur avenir. Ils ont installé leurs maîtresses, concubines et leurs enfants à Pointe-noire, Dolisie et autres villes du sud.

     <o:p></o:p>

    Les autres dirigeants du monde aspirent à la conquête spatiale, aux technologies de troisième génération. Eux ne parient que sur  la conquête sexuelle. A défaut de développer le Congo, ils accroissent leur assouvissement libidinal.

     <o:p></o:p>

    Nombreux sont les scientifiques qui ont trouvé l’"explication plausible à  ce goût immodéré pour le sexe. Il semble que les dirigeants actuels du Congo  aient  un gène sexuel similaire à celui des bonobos, chimpanzé dont le génotype est à 99% identique à celui de l’homme.

     <o:p></o:p>

    Si cette thèse est tangible, il faudra peut-être envisager un test génétique pour tous les prétendants à des postes de responsabilités politiques  au Congo, afin d’écarter ceux dont le gène sexuel est semblable à celui de ces hominidés et de conserver  ceux dont le gène de l’intellect actif  prédomine.

     <o:p></o:p>

    Kovalin Tchibinda<o:p></o:p>

    Mail : kovalin@tchibinda.fr

    Blog: http://kovalin.oldiblog.com<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    (1)  Bureaux : terme utilisé au Congo-Brazzaville pour désigner une maîtresse ou une concubine<o:p></o:p>

    (2)  Nguessoïstes : les membres du clan Sassou<o:p></o:p>


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique