• Eric Besson me fait penser à un homme qui a été trahi par sa femme, qui a ensuite demandé le divorce et pour se venger d'elle écrit un livre pour se soigner du traumatisme subi. Il ne faut donc pas prêter attention à son prochain livre qui est de l'ordre de la psychiatrie ou de la psychologie. Après tout si cela peut lui faire du bien, pourquoi l'en blâmer.
     
    'Celui qui n'aime plus son chien l'accuse de rage'; C'est la nouvelle doctrine de l'ami Besson qui a décidé de faire la peau à Ségolène. Mais au fait qui est Besson? Le connaissez-vous? Je reprendrais bien cette interrogation de Ségolène. Moi je ne le connais pas mais je sais par les médias que c'est lui qui avait pondu la phrase" Sarkozy est un américain disposant d'un passport français'. Belle intelligence pour quelqu'un qui traite Ségolène d'incapable.
     
    Pensez-vous vraiment qu'un personnage sans envergure comme Besson pourrait rivaliser face à Jacques Delors qui vient d' accorder un soutien sans faille à celle que Besson qualifie d'incompétente? Jacques Delors, peut-il soutenir une incompétente? Je ne le pense pas!
     
    Je crois que monsieur Besson par son attitude se rabaisse en faisant preuve d'indignité. Qu'il règle ses problèmes psychologiques au lieu de venir polluer la campagne d'une femme digne, intelligente et compétente. A supposé que Ségolène Royal ne fut  pas une femme, monsieur Besson aurait-il eu le courage de dénoncer le candidat socialiste?
     
    En réalité ce qui gène Besson, c'est l'irruption d'une femme au porte du pouvoir. Et il sait très bien que Ségolène Royal ne l'aurait jamais choisi dans une équipe gouvernementale. Alors il joue au 'pleurnichard'. Tout cela manque de moralité.
     
    Heureusement qu'il s'est lui même retiré de la politique car son livre prouve sa faiblesse d'esprit, sa trop grande sensibilité pour exister dans  un monde politique rude. Cet homme doit sûrement traversé une période difficile de sa vie .Espérons qu'il reprendra ses esprits et que ce livre sans intérêt qu'il vient d'écrire le guérira de la souffrance morale qui le ronge.

    Kovalin TCHIBINDA
    Mail: kovalin@tchibinda.fr

    2 commentaires
  • « Est-ce qu'’une malédiction divine pèserait sur le Noir, malédiction qui en ferait un subalterne éternel ? »(Gaston Kelman)

     <o:p></o:p>

    negre-singe

    On pensait que Jean-marie Le Pen avait le monopole du racisme anti-noir en France. On pensait que les discours racistes étaient réservés à des gens comme Philippe de Villiers, Bruno Golnich ou Bruno Maigret. Et pourtant ces derniers temps, on assiste à une agression régulière des intellectuels et politiques français de tout bord contre les Noirs.

     <o:p></o:p>

    Nicolas Sarkozy a été l’'un des premiers à entrer en scène dans ce domaine. Ses propos sur le « Nettoyage au Karcher », la  « Racaille »  ou sur « la polygamie des Noirs » a ouvert la voie à un racisme d’'élite qui était jusque là policé.

     <o:p></o:p>

    L'’attitude des personnalités comme Alain Finkielkraut, Georges Frêche  ou plus récemment  de Pascal Sevran montre que la société française semble avoir un problème avec ses Noirs, plus qu'’avec ses arabes, ses indiens ou ses chinois.

     <o:p></o:p>

    Alors pourquoi tant d’'agressivité et de rejet du nègre en France ?

     <o:p></o:p>

    Il faut rechercher dans les stéréotypes sur les Noirs les raisons du racisme actuel des élites françaises. En réalité dans l'’imaginaire occidental, le Noir n'’est qu'’un esclave, un colonisé, un moins que rien. Il est  le chaînon manquant entre le singe et l’'homme. Bref le Noir est un sous homme.

     <o:p></o:p>

    Quand il vit en Afrique, il ne peut pas s'’en sortir sans l’'aide internationale. Quand il vit en banlieue, il ne peut s’'en sortir sans allocations. Le Noir reste donc pour l’'occidental un éternel enfant qui imagine le monde comme un « forum de l’'amitié où il faudrait qu'’on l’ aide. »

     <o:p></o:p>

    C’est partant de ces stéréotypes qu'’Alain Finkielkraut s’'en prend aux  antillais en disant d’'eux « qu'’ils vivent aujourd’hui de l’'assistance de la métropole. »

     <o:p></o:p>

    Georges Frêche trouve inadmissible  que des Noirs français  soient meilleurs que des blancs dans le football alors que ce jeu a été inventé en occident. Sacrilège ! Quelle honte pour les blancs !

     <o:p></o:p>

    Pascal Sevran utilise le stéréotype sur le supposé sexe hypertrophié des Noirs qui renvoie comme le dirait Gaston Kelman à l’'atrophie d'’un autre organe plus fondamental pour l'’humain : le cerveau

     <o:p></o:p>

    En réalité la survivance de ces stéréotypes et sa résurgence au sein de l’'élite française est la conséquence de la traite négrière et de la colonisation mais aussi et surtout de l’'état catastrophique de l’'Afrique d’'aujourd’hui. Quarante ans après les indépendances, connaissez-vous un pays d'’Afrique Noir  qui est sorti de la misère et de la pauvreté ?

     <o:p></o:p>

    Dans quel état est la République d’'Haïti, première République Noir ?

    Regardez les chefs d'’états des pays africains. Ils sont toujours prompts à piller leurs pays au détriment de leurs concitoyens ; L'’un d’eux a même construit un monument  de 15 millions d’'euros à la gloire de son colonisateur, renforçant le stéréotype qui est fait aux Noirs « d’'une atrophie de leurs méninges. »

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Bref dans le monde occidental on ne respecte une race différente de la sienne que par la puissance des pays dont elle est originaire. Si l'’élite française ne s’en prend pas aux yeux bridés des asiatiques, c’est parce que l’'Asie est devenue un continent qui compte. Si elle ressemblait à l’Afrique, elle subirait le même dédain que les Noirs aujourd’hui.

     <o:p></o:p>

    Pour que le Noir se fasse respecter, il faudra qu'’il prenne ses responsabilités en unifiant ses efforts pour l’'édification d'’une nouvelle Afrique, riche prospère et solidaire.

     <o:p></o:p>

    Tant que les leaders Noirs  ne sortiront pas de leur ‘mendicité actuelle’ en développant leur pays économiquement, la diaspora Noire en France sera sujette de la part des élites de ce pays, à des propos insultant sa dignité d’'être humain.

     <o:p></o:p>

    Kovalin Tchibinda<o:p></o:p>

    Mail : kovalin@tchibinda.fr

    Blog:http://kovalin.oldiblog.com


    votre commentaire
  • nguesso-sassou

    Elle  est considérée  par la majorité de la population comme « Pourrie », « incompétente » et pour certains d’entre elle « criminelle ». Elle est  incapable de vaincre un seul défi pouvant  conduire le peuple congolais vers le bien-être. Son échec est patent dans l’éducation, la santé, les infrastructures.

     <o:p></o:p>

    Plus formée que les pères des ‘pseudos indépendances’ des années 60, l’élite actuelle du Congo est incapable de réitérer les exploits économiques d’un Massambat Debat. Elle représente  le mal du peuple congolais. Elle est individualiste, consumériste et tribaliste jusqu’aux os. Elle est sans vision et n’a  aucune fierté du pays. Elle privilégie le clan à la nation et se réfugie dans des micro-solidarités (Sectes, Franc-maçonnerie, Eglise de réveil) mélangeant le fétichisme traditionnel aux religions de toute sorte.

     <o:p></o:p>

    L’élite congolaise est  en pleine déliquescence. Seul compte pour elle l’exercice de la politique. Les universitaires, écrivains, scientifiques et  artistes ont abandonné leurs champs d’investigations initiaux pour se lancer à l’assaut de l’arène politique si juteuse pécuniairement. C’est d’ailleurs le seul moyen pour bénéficier d’une certaine reconnaissance sociale. Avec 70% de la population vivant sous le seuil de pauvreté ; Combien de congolais s’aventureraient dans l’achat d’une œuvre culturelle ? Alors il faut bien survivre en faisant de la politique. Là au moins, on peut transformer sa vie et être glorifié par des musiciens sans talents.

     <o:p></o:p>

    L’élite congolaise n’est plus républicaine, elle est aujourd’hui une élite de « pillage ». Elle a renié l’intelligence au profit de la  stupidité, galvaudant ainsi la définition d’une élite qui doit être en principe un ensemble d’hommes et de femmes choisis parmi les meilleurs de la nation .

     <o:p></o:p>

    Nous vivons à l’heure du « Laisser aller moral ». Sassou Nguesso a institué au Congo une  liberté de pillage contre une relative liberté d’opinion. D’ailleurs doit-il se demander, De quoi vous plaignez-vous ? Je vous ai laissé la possibilité de me critiquer, de m’insulter.

     <o:p></o:p>

    L’élite congolaise a été  envoûtée « d’un esprit de cour », Chacun regardant son nombril au point de ne plus voir les souffrances profondes du peuple. La lâcheté est sa caractéristique. Or une élite doit avoir une mission historique celle de conduire le peuple vers la prospérité. Une élite doit être fière, vertueuse et exemplaire. Elle doit défendre les intérêts collectifs.

     <o:p></o:p>

    En s’éloignant de sa mission première, l’élite congolaise conduit le peuple au désastre.

     <o:p></o:p>

    Il n y’a pas que  l’élite proche du clan Sassou Nguesso qui est dépravée. Celle de l’opposition n’est pas si différente. D’ailleurs on peut se demander si sa propension à la critique du régime Sassou  n’est pas  plus,  de la « Jalousie sociale »,  que la volonté de voir changer les choses.

     <o:p></o:p>

    Face à la décadence de l’élite congolaise dans son ensemble, le peuple congolais doit  garder espoir et croire en l’homme car ce sont les hommes qui font l’histoire. Bismarck au moment du processus d’unification allemand disait  : « Lorsque Dieu arpente les sentiers de l’Histoire, il faut l’attraper par les bords de sa chemise ». Grâce à la volonté de Kohl, l’Allemagne s’est ancrée dans l’Europe avec l’acceptation et la réalisation de la monnaie unique européenne.

     <o:p></o:p>

    De même, ce n’est pas l’élite espagnole qui a initié la transition démocratique à la mort de Franco. C’est Juan Carlos Roi d’Espagne. En Afrique du sud l’élite politique soutenant l’apartheid n’avait pas anticipé la fin de ce système abject. C’est le président sud Africain de l’époque, Frederik de Klerk , qui l’a conduit. Enfin Gorbatchev a joué un rôle dans la fin du communisme.

     <o:p></o:p>

    Ce n’est donc pas  l’élite d’un pays  qui fait l’histoire, mais des hommes atypiques et hors normes.

     <o:p></o:p>

    Souhaitons qu’un jour cet homme arrive au Congo pour sortir l’élite actuelle de son crépuscule.

     <o:p></o:p>

    Kovalin Tchibinda<o:p></o:p>

    Mail :kovalin@tchibinda.fr

    Blog:http://kovalin.oldiblog.com


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique