• militaire

    L’ancien président  français Nicolas Sarkozy déclarait le 28 mars 2009,  je le cite : « Grâce à Sassou Nguesso, le Congo a retrouvé la stabilité et la sécurité ». Ces propos cyniques exonéraient   le dictateur congolais de tous les  crimes commis contre le peuple kongo par sa milice ethnique « cobras »  baptisée Armé Nationale.

    Malheureusement cette armée ethnique est formée grâce à la coopération militaire de la France, pays des Droits de l’Homme.  L’Armée Française a été déshonoré au Rwanda en 1992 par son appui à la milice « Interahamwe » qui faisait office à l’époque d’Armée nationale au pays des milles collines.

    Il est impératif et urgent que la France  cesse de former les « Cobras » si elle ne souhaite pas  que sa grandeur et ses valeurs soient de nouveau  écornés.

    La France n’a pas besoin d’un  dictateur  au pouvoir au Congo-Brazzaville pour garantir ses intérêts. Elle  a besoin d’avoir en face d’elle des dirigeants congolais  fréquentables capable de comprendre et de préserver  ses intérêts. Ce qui n’est pas le cas  du dictateur de Brazzaville.

    ----------------------------

    Kovalin Tchibinda Kouangou

     

    -Pour information : Le Congo-Brazzaville est composé de 3 groupes ethnolinguistiques ; les Kongos (50%), les Tékés (30%), les Ngalas (20%). Le haut commandement militaire du Congo-Brazzaville est composé come suite :

    Kongo : 10 généraux (23%)

    Tékés : 4 officiers (9%)

    Ngalas : 29 (67%)

    - Sassou Nguesso fait partie du Groupe Ngala

    Liste des officiers  Généraux du Congo-Brazzaville par région


    votre commentaire
  • Kovalin Tchibinda & Laurent Fabius

    Si sur le plan national, le Président Hollande sera jugé sur sa capacité à promouvoir la justice sociale, sur le continent africain, nous le jugerons sur sa capacité à rompre avec « La Francafrique ».

    Autrement dit le Président Hollande ne sera un grand homme d’Etat que s’il met définitivement fin à cette mafia « francafricaine »  qui a installé et maintient  au pouvoir des assassins et des criminels au nom des intérêts supérieurs de l’hexagone.

    Nous rappelons à François Hollande, que nous démocrates africains pouvons respecter  les contrats économiques qui nous lient dans le cadre de nos intérêts communs.

    Nul besoin pour cela, de recourir à des dictateurs africains qui ont pour beaucoup d’entre eux les mains et les bras imbibés du sang de leurs compatriotes au nom de la conservation du  pouvoir.

    Le Président Hollande sera t-il ce président français, que les démocrates africains attendent depuis des lustres ? En tout cas je le souhaite car de son attitude envers les dictateurs africains dépend  la future influence géostratégique de la France sur le continent noir.

    Kovalin Tchibinda Kouangou


    votre commentaire
  • Vous connaissiez sûrement le  régime de Vichy. Il faut dorénavant rajouter dans votre vocabulaire le régime d'Oyo. Le régime d’Oyo désigne le régime politique régenté  par Sassou Nguesso, sa famille et son clan  qui dirige illégalement   le Congo-Brazzaville et dont le siège se situe à Oyo,  village de naissance du dictateur de Brazzaville.

    Ce régime d’Oyo, Autoritaire et Totalitaire  est né du coup d’Etat militaire du 15/10/1997  contre les institutions légales  de la République du Congo-Brazzaville  issues de la conférence nationale souveraine de 1991.

    Il existe de nombreuses similitudes entre le Régime de Vichy et le régime d’Oyo.  Par exemple, le régime de Vichy s’est appuyé dans sa politique de répression sur la milice française alors que le régime d’Oyo  repose sur la milice  ethnique Cobras.

    Le régime de Vichy était incarné par un militaire le Maréchal Pétain, le régime d’Oyo  par le Maréchal Sassou (Excusez moi ! le Général d’Armée).

    La devise adoptée sous  le  régime de Vichy était « Travail, Famille, Patrie », celle du  régime d’Oyo est « Loisir, Famille, région »        

    Le régime de Vichy est responsable du génocide des juifs, alors que  le régime d’Oyo est responsable du génocide des Kongos.

    Sous le régime de Vichy, Pétain avait les pleins pouvoirs. Sous le régime d’Oyo, Sassou  Nguesso a les pleins pouvoirs. Il vient d’ailleurs de nommer ses propres députés au parlement congolais à travers une mascarade électorale qui n’a d’autre but que de faire croire à la communauté internationale que son régime est démocratique.

    Le régime de Vichy a été condamné et mis en déroute. Tous ceux qui avaient collaborés avec ce régime furent arrêtés. Nul doute qu’un jour les partisans du régime d’Oyo subiront le même sort.

    ------------------------------------

    Kovalin TCHIBINDA KOUANGOU


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique