• SIMON KIBANGU

    kimbangu

    Les peuples du Royaume Kongo, tellement maltraités par les missionnaires européens se sentaient profondément désabusés, le déclin du royaume était absolu et la détresse de ses habitants y était à son comble ; par-dessus tout ça les puissances coloniales, réunies en conférence à Berlin (1884-1885) venait, honteusement, de se partager entre elles l'Afrique, en créant arbitrairement, rien que par des traits sur une carte, des frontières totalement artificielles, ne tenant pas compte des groupes sociaux homogènes de populations ainsi que des frontières naturelles des royaumes, empires et sultanats existants.

    Les Dieux dans les cieux, contemplant ce désastre, décidèrent alors de faire naître un autre Prophète.

    Ainsi, Simon KIMBANGU, dont le nom signifie : "Celui qui révèle les choses cachées", naquit à Nkamba, petit village du Kongo-Central, le 12 septembre 1887.


    A partir de 1910, il commence à entendre l'appel de l'Esprit de Nzambi le Père qui lui demande de "paître son troupeau". A plusieurs reprises, Kimbangu refuse d'obéir à l'appel en expliquant qu'il n'est pas à la hauteur d'une si haute et importante mission. Il se réfugie même à Léopoldville [l'actuelle Kinshasa] pour échapper à la "Voix", et trouve du travail aux Huileries de Kinshasa. Il y travaille sans être rémunéré. Déçu, il revient à Nkamba, où, le 6 avril 1921, au hameau de Ngombe Kinsuka, l'Esprit de Nzambi le Père lui intime l'ordre de ressusciter une petite fille, Nkiatundo, qui venait tout juste de mourir.

    Ce premier "miracle" de Kimbangu va amorcer ce que les historiens ont appelé le "semestre effervescent" (du 6 avril au 12 septembre 1921), une intense période de prédication et de miracles qui va secouer l'Empire Colonial Belge, l'Angola et même le Kongo Français.

    Dès le mois de juin 1921, suite aux persécutions coloniales, principalement orchestrées par les Missionnaires Catholiques et Protestants qui voient les églises chrétiennes se vider progressivement de leurs fidèles, le Grand Prophète Kimbangu entre en clandestinité et séjourne notamment à Mbanza-Nsanda où il fera la terrible Prophétie dont vous pouvez lire un extrait au bout de cette courte biographie de Simon Kimbangu.

    Le 12 Septembre 1921, le Grand Prophète Kimbangu est arrêté puis transféré à Thysville (Mbanza-Ngungu) où il est sommairement jugé et condamné à mort. Mais peu après, le Roi des Belges, Albert 1er commue cette peine en prison à vie. Le Grand Prophète Kimbangu est alors acheminé, manu militari, à Elisabethville (Lubumbashi), au Katanga, où il passera 30 ans (TRENTE ans !) dans une minuscule cellule de 0,80 m par 1,20 m, sans aération et sans condition hygiénique appropriée. Comme lit, le Prophète Kimbangu ne disposait que d'un bloc de ciment. Chaque matin, Kimbangu était plongé dans un profond puits contenant de l'eau froide et salée, ceci en vue d'accélérer sa mort !

    Deux jours avant sa mort, soit le 10 octobre 1951, le Grand Prophète Kimbangu annonça à ses codétenus que sa détention allait se terminer et qu'il mourrait dans 2 jours : le vendredi 12 octobre 1951 à 15 heures précises !

    Effectivement, le 12 octobre 1951, après avoir fait ses adieux à ses gardes et à ses codétenus, le Grand Prophète Kimbangu se frappa de trois coups de poings sur les côtes droites et gauches, puis s'étant allongé sur sa couverture placée à terre, mourut paisiblement non sans avoir au préalable prophétisé des épreuves terribles pour la Belgique et l'Occident dans les temps futurs...

    Dans sa prédication, le Grand Prophète Kimbangu, annonçait souvent la libération prochaine de l'Afrique et du "Kongo" de la domination coloniale d'abord et de la domination occidentale en général par la suite. Cette libération devrait, selon le Prophète, s'effectuer en 3 étapes.

    Avant sa mort, le Prophète Kimbangu créa un puissant Mouvement Spirituel, qu'il appela "Kintuadi" (= l'Union, l'Unité, la Communauté), voué à la Libération totale de l'Homme noir. Il se présentait d'ailleurs lui-même comme le Sauveur de la race noire, ce qu'il réaffirmera très solennellement lors de son procès à Thysville (Mbanza-Ngungu) devant Monsieur de Rossi, président du Conseil de Guerre institué pour la circonstance. Ce que n'acceptèrent pas les Missionnaires Catholiques et Protestants, pas plus que leurs éternels alliés : Pasteurs Noirs, Abbés, Evêques et autres dignitaires religieux africains du Système néocolonial.

    Les membres du Mouvement Kintuadi du Prophète Simon Kimbangu furent l'objet de nombreuses persécutions et déportations de leur Kongo-Central natal vers plusieurs localités de l'Equateur, du Haut-Kongo et du Katanga comme Ekafela, Ubundu, Lowa, Elisabeth ville. Le nombre des fidèles du Prophète Kimbangu qui furent déportés de 1921 à 1959 dépassa les 150 000 ! Beaucoup d'entre eux ne revinrent jamais au Kongo-Central et moururent en déportation, dans les travaux forcés, sous des coups de fouet et d'interminables bastonnades !

    Le Grand Prophète Kimbangu ne faisait jamais aucun compromis avec, ni n'avait jamais aucune complaisance pour, les colonialistes blancs qu'il traitait tout à la fois d'envahisseurs et d'usurpateurs.


    Voici le fameux discours tenu par le Prophète Simon Kimbangu, le samedi 10 Septembre 1921, tout au début du culte matinal, vers 9 h 00 ; alors qu'il entrait dans l'enclos en rameaux, le visage grave, le regard vif, il s'adressa en ces termes à la foule :

    « Mes Frères, l'Esprit est venu me révéler que le temps de me livrer aux autorités est arrivé. Tenez bien ceci : avec mon arrestation, commencera une période terrible d'indicibles persécutions pour moi-même et pour un très grand nombre de personnes. Il faudra tenir ferme, car l'Esprit de Nzambi Tout-Puissant ne nous abandonnera jamais. Il n'a jamais abandonné quiconque se confie en Lui.

    « Les autorités gouvernementales [coloniales] vont imposer à ma personne physique un très long silence, mais elles ne parviendront jamais à détruire l'œuvre que j'ai accomplie, car elle vient de Nzambi le Père. Certes, ma personne physique sera soumise à l'humiliation et à la souffrance, mais ma personne spirituelle se mettra au combat contre les injustices semées par les peuples du Monde des Ténèbres qui sont venus nous coloniser.

    « Car j'ai été envoyé pour libérer les Peuples du Kongo (Cula min-kangu mai Kongo) et la Race Noire Mondiale (Zindombe zazo). L'Homme Noir deviendra Blanc et l'Homme Blanc deviendra Noir. Car les fondements spirituels et moraux, tels que nous les connaissons aujourd'hui seront profondément ébranlés. Les guerres persisteront à travers le monde. Le Kongo sera libre et l'Afrique aussi.
    « Mais les décennies qui suivront la libération de l'Afrique [les indépendances nominales des années soixante] seront terribles et atroces. Car tous les premiers gouvernants de l'Afrique libre travailleront au bénéfice des Blancs. Un grand désordre spirituel et matériel s'installera. Les gouvernants (Minyadi) de l'Afrique entraîneront, sur le conseil des Blancs, leurs populations respectives dans des guerres meurtrières où ils s'entretueront. La misère s'installera. Beaucoup de jeunes quitteront l'Afrique dans l'espoir d'aller chercher le bien-être dans les pays des Blancs. Ils parleront toutes les langues des Blancs. Parmi eux, beaucoup seront séduits par la vie matérielle des Blancs. Ainsi, ils deviendront la proie des Blancs (Nkuta Mindele). Il y aura beaucoup de mortalité parmi eux et certains ne reverront plus leurs parents.

    « II faudra une longue période pour que l'Homme Noir acquière sa maturité spirituelle. Celle-ci lui permettra d'acquérir son indépendance matérielle. Alors s'accomplira la Troisième Etape. Dans celle-ci naîtra un Grand Roi Divin (Nkua Tulendo). Il viendra avec ses Trois Pouvoirs : Pouvoir Spirituel (Kinzambi), Pouvoir Scientifique (Kimazayu) et Pouvoir Politique (Kimayala).

    « Je serai Moi-même le Représentant de ce Roi. Je liquiderai l'humiliation que, depuis les temps les plus reculés, l'on n'a cessé d'infliger aux Noirs. Car, de toutes les races de la Terre, aucune n 'a été autant maltraitée et humiliée que la Race Noire.

    « Continuez à lire la Bible. A travers ses écrits, vous arriverez à discerner les actes de ceux qui sont venus vous apporter ce livre et les écrits ou principes moraux contenus dans ce livre. Il faut qu'un voleur soit saisi avec l'objet qu'il a volé !

    « Nous aurons notre propre Livre Sacré, dans lequel seront écrites des choses cachées pour la Race Noire et le Peuple du Kongo. Un Instructeur-enseignant (Nlongi) viendra avant mon retour pour écrire ce Livre et préparer l'arrivée du Grand Roi Divin, le Nkua Tulendo. Il sera combattu par la génération de son temps, mais petit à petit, beaucoup de gens comprendront et suivront son enseignement. Car l'arrivée du Roi sera sans pardon. Alors, il faut que les Peuples du Kongo soient instruits avant cet événement.

    « Vous ne savez pas encore ce que c'est qu'une guerre spirituelle. Quand les Peuples Kongo commenceront à se libérer, tout pays qui osera attaquer le Kongo sera englouti sous les eaux. Vous ne connaissez pas encore la puissance de Ceux qui sont envoyés par Nzambi Tout-Puissant.

    « La génération du Kongo perdra tout. Elle sera embrouillée par des enseignements et des principes moraux pervers venus du monde Européen (Mavanga ma bisi Mputu). Elle ne connaîtra plus les principes maritaux de ses ancêtres. Elle ignorera sa langue maternelle. Alors je vous exhorte à ne pas négliger ni mépriser vos langues maternelles. Il faut les enseigner à vos enfants et à vos petits-enfants. Car viendra un temps où les langues des Blancs seront oubliées. Nzambi a donné à chaque groupe humain (Nkangu wa bantu) une langue, qu 'il s'en serve comme d'une "alliance de communication" (Nsinga wa Mbila)... »
    (Extraits de la Prophétie du Grand Prophète Simon KIMBANGU, Samedi 10 septembre 1921 à Mbanza-Nsanda, Kongo-Central).

    Puis le Prophète Kimbangu invita tout le monde à la prière avec les mots suivants, traduits du Kikongo (extrait) :
    « Prière à Vous tous les Anges du Trône Céleste, source de notre existence ! 
    Prière à Vous les Sept Anges qui siègent à la Cour de Nzambi 
    Prière là où se lève le soleil et là où se couche le soleil ! Prière à l'Est et l'Ouest !
    Prière à Vous Nzambi Créateur Solaire (Mbumba Lowa) ! 
    Prière à Vous Gouverneurs de l'Humanité (Mpina Nza) ! 
    Prière à Vous tous les Anges de la Terre et de l'Air ! 
    Prière à Vous tous les Anges qui gouvernent les Eaux et le Feu ! Prière à Vous le Grand Esprit du Kongo !
    Prière à Vous tous les Anges de la Guerre qui gouvernent le centre du Kongo !
    Prière à Vous tous les Anges de la Victoire (Mbasi za Lunungu) qui luttent dans les quatre coins des cieux et de la Terre !


    Au nom de l'œuvre que vous m'avez confiée devant les deux et la Terre, je le répète trois fois : Faites que votre sainte bénédiction puisse remplir les cœurs de ceux qui se lèveront pour aider les peuples du Kongo !

    Je vous le répète encore trois fois et je m'adresse à ceux qui mépriseront mon œuvre par ignorance : j'implorerai Nzambi afin qu'il leur pardonne et qu'il leur ouvre la Voie de la Compréhension !

    Je le jure au Nom de tous les Envoyés qui ont été tués au Kongo, en Afrique, en Asie, en Amérique et en Europe : que leurs esprits maudissent ces ignobles individus qui auront causer la mort et la désolation aux peuples du Kongo, qu'ils soient Blancs ou Noirs ! Qu'ils soient détruits et envoyés dans les Prisons Spirituelles des Cieux.


    Je le répète encore trois fois devant les cieux et la Terre : gare à ceux qui continuent à chercher la désolation dans les quatre coins du monde !

    Venez ! Oh ! Nzambi , viens ! Je t'appelle ainsi que tous les Anges de la Guerre (Mbasi za Mvita), afin de conduire un combat contre ce monde des ténèbres (Nsi ya bubu) !

    Gare à ceux qui continuent à renforcer l'Esclavagisme et la Colonisation des peuples Noirs !

    Nzambi, tu es un Dieu Vivant. Je t'implore sans cesse (Ngieti kufio-gonena) au nom du sang versé par tous tes Envoyés, et de leurs humiliations, je te le demande, et je te le recommande, oh ! Nzambi d'Amour : viens avec les Anges des cieux et de la Terre pour détruire cette humanité des ténèbres qui continue à se moquer de Votre Amour Majestueux !

    Que Votre Alliance soit sanctifiée et bénissez les Peuples Kongo et la Race Noire de toute l'humanité ! 

    AMEN [qu'il en soit ainsi] »

    Nous verrons plus loin dans cet ouvrage qui sont réellement ces Anges de la Cour de Nzambi  que Kimbangu priait, et qui est réellement Nzambi, ce dieu "vivant", donc physique, en chair et en os. On peut dire déjà que ce ne sont rien d'autres que des Dieux Humanisés, êtres physiques, de chair et de sang, que tous les anciens d'Afrique priaient avant sa colonisation religieuse par le Christianisme.

    Soyons bien conscients que cette arrivée en Afrique du Christianisme, par le canal de ses missionnaires européens, avait pour but essentiel de servir de tremplin à ceux dont le programme final était l'exploitation et le pillage effréné des richesses de l'Afrique. Ne pensez pas que le but réel des missionnaires était de nous amener l'Evangile, pas du tout ! D'ailleurs, souvenons-nous qu'étymologiquement "Evangile" veut dire "bonne nouvelle", apporter l'Evangile serait donc "apporter la bonne nouvelle"

    Quelle bonne nouvelle ont-ils donc apportée ? On n'en voit aucune ! Ce qu'on ne voit que trop, hélas, c'est qu'ils ont apporté esclavage, humiliation, racisme, larmes, sang et mort. Des valeurs nobles, une spiritualité, un lien avec les cieux et l'univers ? Néant, d'ailleurs nous avions déjà tout cela de par nous-même, et ceci d'une façon belle, saine, pure et noble, les œuvres de nos Prophétesses et Prophètes tels que Kimpa Vita et Simon Kimbangu en témoignent.

    Le 12 septembre 1921, le Prophète Kimbangu fut arrêté par l'autorité coloniale belge à Nkamba. C'est 18 ans plus tard, en Septembre 1939, qu'éclata en Europe la Seconde Guerre Mondiale, telle que Kimbangu l'avait annoncée. Après ce deuxième conflit interplanétaire, à partir des années 50, comme l'avait aussi annoncé le Prophète Kimbangu, le vent des Indépendances se mit à souffler sur toute l'Afrique : l'une après l'autre, les colonies européennes de ce continent se mirent à briser les chaînes de l'humiliation et de la servitude. Mais, tel encore, qu'annoncé par Kimbangu, les vrais "leaders" africains furent assassinés et remplacés par des dictateurs noirs, africains eux aussi, mais uniquement soucieux de leurs seuls intérêts personnels, ils se mirent traîtreusement au service du "néo-colonialisme".

    La parole du Prophète Kimbangu était pénétrante et, de son vivant, les routes de Nkamba étaient toujours combles de monde venant de partout pour le rencontrer !

    Il est aussi à noter que quand le Prophète Simon Kimbangu parle des Peuples Kongo ou du Kongo, il parle de l'ancien Royaume Kongo (Kongo Dia Ntotila), qui s'étend aujourd'hui en R.D.C (République Démocratique du Kongo, ou Kongo-Kinshasa), en Angola, au Kongo Brazzaville, au Kongo Gabon, mais aussi de tous les peuples bantous d'Afrique.

    A relever également : le Prophète Kimbangu fut arrêté et emprisonné d'une manière crapuleuse et jugé à Mbanza-Ngungu (ex Thysville) de la même manière par un véritable tribunal d'inquisition, mené par le commandant italien de Rossi ; ce tribunal d'exception siégea du 29 septembre au 3 octobre 1921, sans avocat pour défendre le Prophète et quelques-uns de ses disciples, jugés en même temps que lui. Pas étonnant que Rome (l'Eglise Catholique) ait tiré les ficelles derrière les décors, pour que ce tribunal soit présidé par un italien, une pratique courante en Europe à l'époque de ces tribunaux d'inquisition ! C'est encore l'une de ses belles traditions... dont elle aimait sans doute à se glorifier dans les salons romains !

    Simon Kimbangu était aussi appelé "le Samson Noir", tellement il avait résisté à maintes tortures et aux multiples tentatives entreprises pour l'assassiner. A titre d'exemple, le 3 décembre 1921, Simon Kimbangu fut transféré à Léopoldville [actuellement Kinshasa] par des soldats et un officier belge ; mais l'Administration coloniale qui n'était pas satisfaite du maintien de Kimbangu aux travaux forcés à perpétuité - elle estimait que, vivant, Kimbangu restait toujours dangereux - souhaitait se débarrasser de lui. De Kinshasa elle le fit donc transférer à Kintambo, puis ensuite à Lutendélé au bord du fleuve Kongo, et là, elle le fit mettre dans un fût contenant des produits asphyxiants. Ce fût une fois soudé, on le jeta dans le fleuve Kongo, mais, à leur grand étonnement tous les présents virent, peu après, Kimbangu remonter à la surface... sain et sauf ! On décida alors de le fusiller sur le champ, mais là aussi, à la grande surprise des tireurs, Kimbangu ne mourut pas ! On entreprit alors de l'attacher à une grosse pierre puis de le jeter ainsi une nouvelle fois dans les eaux du fleuve Kongo, mais là encore, au bout d'un moment... il sortit paisiblement des eaux du fleuve !

    Peu après, le 6 décembre 1921, Kimbangu fut emmené à la prison de Kasombo à Lubumbashi, au Katanga, c'est là qu'il mourut en 1951 après tant d'années de détention durant lesquelles, en plus de son immersion journalière dans le puits d'eau salé froide, il recevait régulièrement des coups de fouet visant à l'affaiblir systématiquement.

    Au demeurant, durant ces trente ans d'incarcération, plusieurs fois Simon Kimbangu apparut en différents endroits, alors qu'il était supposé être enfermé dans sa cellule à Lubumbashi ! Sur cette affaire-là, les deux sinistres compères : autorités belges et Eglise Catholique continuent à garder un secret très opaque, alors qu'il existe maints documents de témoignages attestant ces faits. Il faut absolument que les "vrais" Kimbanguistes continuent à exiger fermement que ces documents sortent des coffres-forts d'Eglise ou d'Etat.

    En prison à Lubumbashi, Kimbangu annonça la date et l'heure précise de sa mort : il dit qu'il allait mourir le 12 octobre 1951 à 15 h 00 précise, et effectivement, ce jour-là et à l'heure annoncée, il mourut paisiblement. Les autorités coloniales (et l'Eglise) ont immédiatement ordonné son autopsie et à la grande stupéfaction de tous ceux qui en étaient témoins, aucun organe vital ne fut trouvé à l'intérieur de son corps ! Le mystère légendaire du Prophète Papa Kimbangu continuait... au grand désarroi du colonisateur belge et de l'Eglise Catholique Chrétienne de Rome. Puis, le corps du Prophète Kimbangu fut enterré à Lubumbashi ; des soldats et gardes de l'Autorité Coloniale furent aussitôt désignés pour garder sa tombe en permanence.

    L'annonce de la mort de Kimbangu, et de son enterrement, mirent les Autorités Coloniales de la capitale Léopoldville [Kinshasa] dans un état de fête et de jubilation tel qu'un dîner fut organisé pour célébrer... ce que ces gens espéraient sans doute être la fin de leur cauchemar. Or, au beau milieu du repas, Simon Kimbangu apparut physiquement face aux convives assemblés, ce qui conduisit à une panique générale, et à la fuite de beaucoup d'entre les présents. Le seul congolais participant à ce dîner - donc le seul originaire du pays ayant vu cet événement prodigieux - fut aussitôt envoyé en Belgique avec toute sa famille, les autorités s'employant à faire le maximum pour que le secret soit gardé sur ce fait plus que troublant !

    D'autres signes spéciaux se rapportant à Simon Kimbangu furent révélés en grand nombre : comme Jésus il a procédé à des "miracles", il a rendu la vue à des aveugles, il a fait marcher des paralytiques, calmé et guéri des malades mentaux, ressuscité des morts. L'une de ces résurrections, particulièrement spectaculaire, fut celle d'une jeune fille appelée Dina : elle avait alors 15 ans, elle était morte et son corps était déjà en décomposition (tel celui de "Lazare" ressuscité par Jésus), Kimbangu à travers une prière la ramena à la vie.

    Comme sommairement indiqué plus haut, Papa Simon Kimbangu n'a pas cessé d'apparaître physiquement ici et là, vivant et mangeant avec ses fidèles ou des humains en détresse partout sur la planète, alors qu'il était en même temps physiquement dans sa cellule de la prison de Kasombo à Lubumbashi, au Katanga. Des apparitions-séjours du Prophète Kimbangu ont été observé à Efonda (Equateur), à Béfalé (Equateur), à Borna (Bas-Kongo) en 1942, à Makanga, à Lowa du 29 juillet au 5 août. En avril 1942, le Prophète Kimbangu apparut physiquement à Lubumbashi en cinq endroits différents mais en même temps ! Cinq Simon Kimbangu furent arrêtés à Lubumbashi en cinq endroits distincts. Ces cinq Simon Kimbangu arrêtés furent même rassemblés à Lubumbashi ! La population Brazzavilloise du Kongo Brazzaville fut aussi, au cours de cette période, témoin d'apparitions physiques de Simon Kimbangu. Mais il apparut également en Angola, au Nigeria, et en Europe ! Oui, en Europe aussi !

    Un jour, dans sa cellule à Lubumbashi, Kimbangu décida de faire un long voyage, il demanda alors au prêtre belge présent de toucher simplement son vêtement, ce qu'il fit, Kimbangu prononça quelques mots, ils furent aussitôt transporté dans une "nuée" et visitèrent, sur tous les continents et à travers toute la planète, des milliers de familles dont celle du prêtre belge, ensuite ils se posèrent à Rome, au Vatican, et là ils virent beaucoup de choses, puis ils revinrent à Lubumbashi... en prison. Le prêtre belge fut ensuite et définitivement rapatrié en Belgique, après qu'il eut rapporté tout cela à ses supérieurs ! Mais finalement, ce prêtre, bien qu'extradé répandit un peu partout son témoignage... parce que d'avoir vécu cet événement d'omniprésence sur la planète, c'était plus fort que lui. Comme quoi, ce n'est pas indéfiniment qu'on peut cacher la vérité.

    Le 29 juillet 1952, neuf mois après sa mort, le Prophète Kimbangu apparut physiquement à Lowa devant ses fidèles, il resta là 8 jours parmi eux, en mangeant, buvant comme chaque personne, et en prêchant beaucoup. Puis ses fidèles et tous les gens présents ont pu assister après ça à une ascension majestueuse de Kimbangu montant dans les cieux : en pleine nuit, dans une béatitude indescriptible pour tous, le Prophète Kimbangu fut aspiré dans la nuée d'une boule de feu.

    Avant de clôturer ce sous-chapitre concernant le Prophète Simon Kimbangu, voyons un peu, de plus près les prophéties les plus importantes qu'il annonça entre 1921 et 1951, par ordre chronologique :

    -la libération des Africains à travers les premières indépendances nominales des années 60, qui ne seront que de fausses indépendances, une illusion d'indépendance ;

    -l'arrivée au pouvoir de dictateurs en Afrique qui serviront leurs propres intérêts et ceux des anciens maîtres coloniaux (l'Occident) ;

    -la montée de guerres meurtrières (guerres civiles) partout en Afrique peu après les Indépendances nominales des années 60 ;

    -l'exode de beaucoup de jeunes africains vers les pays des occidentaux pour fuir l'oppression et la misère ;

    -puis, finalement, la conquête dure et héroïque d'une deuxième « vraie » Indépendance pour l'Afrique entière (« Dipanda Dianzole »), qui sera conduite par la venue d'un Prophète, le « Nkua Tulendo », dont le verbe sera à la fois Religieux, Scientifique et Politique. Il rétablira le lien rompu entre Nzambi et les peuples noirs, il restaurera la véritable Paix et la Concorde en Afrique. Il viendra conduire une réelle décolonisation spirituelle, économique et politique de l'Afrique noire, il viendra restaurer le Royaume Kongo, il viendra restaurer les frontières africaines naturelles d'avant l'ère de la colonisation (d'avant la conférence de Berlin de 1884). 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :