• 103751-bonobo-1451g-reduit

    Les nouvelles qui nous parviennent de Brazzaville sont alarmantes. La plupart des membres du clan au pouvoir ont une dizaine de maîtresses,  parfois puisées dans la même famille. Les règles morales ont disparu. Les mères, les filles, les gamines n’ont plus de scrupule. Impossible de  résister au tsunami de Pétro-CFA des membres du clan Sassou. On peut obtenir des villas, des voyages à l"’étranger en faisant don de son corps.  L’"absence d"’intérêt pour la culture a ouvert la voie au culte du phallus.

     <o:p></o:p>

    Les « pouvoiristes » ne s’en privent plus. Ils ont des dizaines de ‘bureaux’(1), chacune avec ses villas et ses domestiques. Dans certaines maisons, la visite d’"un membre du clan Sassou est parfois vécue comme un psychodrame ; Les maris n"’hésitent plus à planquer leurs épouses dans les chambres pour éviter qu"elles ne succombent.

     <o:p></o:p>

     Les « Nguessoïstes » (2) ont en effet la main charitable et généreuse. On les appelle là bas  ‘Apesa atala te’ c’est à  dire « Ils donnent sans regarder ».  Il faut avoir une foi féroce en Dieu le père tout puissant pour refuser leurs avances. Vous êtes une femme, de préférence assez jolie, vous  avez besoin d'’un milliard de franc CFA, ils mettent la main dans le coffre du Trésor Public et vous l’"obtenez, à condition que vous leur donniez votre corps.

     <o:p></o:p>

    Au Congo les bonobos sont au pouvoir. Leur intellect est passif. Grâce à leur sexe, ils assurent la pérennité de leur domination. Ils ont désormais des enfants dans toutes les ethnies. Qui pourrait demain les attaquer ? Ils vous diront : Je suis ton beau-frère, le père de ton neveu, le cousin des cousins de ta mère,  nous sommes de la même famille. Grâce à la multiplication des « femmes », ils préparent leur avenir. Ils ont installé leurs maîtresses, concubines et leurs enfants à Pointe-noire, Dolisie et autres villes du sud.

     <o:p></o:p>

    Les autres dirigeants du monde aspirent à la conquête spatiale, aux technologies de troisième génération. Eux ne parient que sur  la conquête sexuelle. A défaut de développer le Congo, ils accroissent leur assouvissement libidinal.

     <o:p></o:p>

    Nombreux sont les scientifiques qui ont trouvé l’"explication plausible à  ce goût immodéré pour le sexe. Il semble que les dirigeants actuels du Congo  aient  un gène sexuel similaire à celui des bonobos, chimpanzé dont le génotype est à 99% identique à celui de l’homme.

     <o:p></o:p>

    Si cette thèse est tangible, il faudra peut-être envisager un test génétique pour tous les prétendants à des postes de responsabilités politiques  au Congo, afin d’écarter ceux dont le gène sexuel est semblable à celui de ces hominidés et de conserver  ceux dont le gène de l’intellect actif  prédomine.

     <o:p></o:p>

    Kovalin Tchibinda<o:p></o:p>

    Mail : kovalin@tchibinda.fr

    Blog: http://kovalin.oldiblog.com<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    (1)  Bureaux : terme utilisé au Congo-Brazzaville pour désigner une maîtresse ou une concubine<o:p></o:p>

    (2)  Nguessoïstes : les membres du clan Sassou<o:p></o:p>


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires