• En marge de la rencontre entre Christine Lagarde Ministre de l'Economie et des Finances, Hervé Novelli secrétaire d'Etat chargé du commerce  et les auto-entrepreneurs, Kovalin Tchibinda s'est entretenu avec les deux ministres.

    A gauche Christine Lagarde et à Droite Hervé Novelli


    votre commentaire
  • Salut Frangin! C'est toujours comme cela que nous nous sommes appelés. Tu es parti  au ciel  victime de la sauvagerie du régime de Brazzaville. Plus que nous autres qui combattons cette dictature inique depuis l'étranger, tu as été un brave homme capable de dénoncer leurs turpitudes  de l'intérieur. Tu étais un homme juste. Ils t'ont tué, je dirais même assassiné,mais ils n'ont pas tué tes idées.

    Comme François Mitterand, je crois aux forces de l'esprit; Plus que jamais tu es avec nous et nous sommes avec toi. Ton martyre va décupler notre capacité de combat et de résistance. Merci pour tout ce que nous avons partagé ensemble comme idées et rêves. je me souviens encore de ton rire immense après avoir lu mon article sur le règne des Bonobos.

    Va en paix mon Frangin! Un jour tes espoirs pour le Congo se réaliseront.

    Adieu Bruno!

    Ton Frangin

    Kovalin TCHIBINDA

    Mail:kovalin@tchibinda.fr

    Blog: http://kovalin.oldiblog.com

     

    A écouter : La mort de Bruno Accident ou attentat

    Congo: mort d'un journaliste dont la maison a brûlé, demande d'enquête
     03.02.09 | 17h20

     

     
    Un journaliste franco-congolais est décédé lundi à Brazzaville, douze jours après avoir été blessé dans l'incendie de sa maison, a-t-on appris mardi auprès de sa rédaction et d'une organisation non-gouvernementale qui a demandé une enquête sur les causes du décès.

    Bruno Ossebi, 43 ans, travaillait pour un média critique envers le pouvoir de Brazzaville, Mwinda.org, un journal en ligne.

    Il est mort dans la nuit de dimanche à lundi à l'hôpital militaire de Brazzaville où il avait été admis aux soins intensifs le 21 janvier, date de l'incendie de sa maison à Brazzaville, selon la rédaction de Mwinda.org.

    Sa femme et ses deux enfants ont péri dans l'incendie, dont les causes sont inconnues et qui a entièrement détruit la maison, selon la même source.

    " Nous exigeons qu'une enquête sérieuse de police soit ouverte et qu'une autopsie soit réalisée pour établir les causes réelles de la mort de Bruno Ossebi ", a déclaré le directeur exécutif de l'Observatoire congolais des droits de l'Homme (OCDH), Roger Bouka Owoko, qualifiant de " floues " les causes du décès.

    " M. Ossebi était brûlé au deuxième degré. Il a demandé une évacuation en France. Mais sur instruction d'un substitut du procureur du Tribunal de grande instance de Brazzaville, il a été interdit de sortir du territoire national, pour des besoins d'enquête, suite à l'incendie ", a-t-il affirmé.

    " Maintenant qu'il est mort, il faut que les responsabilités soient établies ", a-t-il insisté.

    Joint mardi par l'AFP, le porte-parole de la police nationale, le colonel Jean Aive Alakoua, a affirmé qu'à ce jour, " aucune enquête n'est ouverte ", ni sur l'incendie ni sur la mort du journaliste.

    Selon des amis du journaliste, M. Ossebi souhaitait intégrer la plainte de des organisations Transparency International et Sherpa contre les présidents Omar Bongo Ondimba (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo) et Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatoriale).

    Transparency International et Sherpa veulent des éclaircissements sur " les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France " par ces trois présidents et des membres de leur entourage.
     
    © Le Monde /AFP.

     

     

    ;


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires